Questions fréquentes

Quel est le traitement ?

Il n’existe pas de traitement pour guérir la microphtalmie : le handicap visuel ou la cécité sont irréversibles. Mais une prise en charge précoce permet de limiter les conséquences esthétiques liées à la petite taille de l’œil. Elle se fait à l’aide de prothèses oculaires.

À quoi servent les prothèses ?

Chez les enfants, la prothèse permet de corriger petit à petit le volume manquant de l’œil pour que le visage se développe de manière harmonieuse et symétrique. Il faut souvent en changer pour qu’elle suive la croissance du visage. Les prothèses se positionnent sur l’œil et sont peintes pour donner une apparence plus naturelle à l’œil atteint. Ces prothèses sont fabriquées et adaptées par des ocularistes. Ils ne sont qu’une vingtaine en France.

La microphtalmie, qu’est-ce que c’est ?

Durant la grossesse, l’œil se développe parfois de façon anormale, entraînant l’arrêt de son développement, qui se manifeste par une petite taille du globe, voire l’absence totale de l’œil. C’est ce qu’on appelle la microphtalmie, pour « petit » œil, ou l’anophtalmie.

La malformation peut toucher un seul œil ou les deux yeux.

 

Les causes sont très mal connues et les conséquences sont variables : un handicap visuel qui peut aller jusqu’à la cécité, et parfois une malformation du visage due à la petite taille de l’œil, surtout en l’absence de prise en charge adaptée et débutée précocement. L’œil joue en effet un rôle majeur dans la croissance du visage.

 

La malformation est isolée dans 2/3 des cas et associée à d’autres malformations dans 1/3 des cas.

Combien y-a-t-il de cas de microphtalmie ?

La microphtalmie est une malformation rare  qui correspond à l’atteinte la plus grave de l’œil. On estime que 80 bébés naissent chaque année en France avec une microphtalmie, soit moins d’un par département. En raison de ce petit nombre de cas et de la grande diversité des situations et des malformations oculaires associées, la microphtalmie est très mal connue des professionnels, ce qui rend souvent difficile l’accès à la prise en charge spécifique adaptée.

Microphtalmie = 1 naissance sur 10 000

Anophtalmie = 1 naissance sur 100 000