Pronostics

Pronostic visuel

La microphtalmie, selon si elle concerne un œil ou les deux entraine un handicap visuel plus ou moins important. Il convient également de s’assurer de l’état de l’autre œil par des examens réalisés rapidement après la naissance (fond d’oeil, ERG, etc.).

Compte tenu de l’évolution progressive des capacités visuelles de l’enfant durant les premières années, le pronostic définitif sur le plan visuel est souvent un peu long à déterminer.

Si la malformation ne concerne qu’un œil et que l’autre voit normalement, cette vision monoculaire permet une évolution normale de l’enfant au quotidien.

Pronostic esthétique

Le pronostic esthétique dépend du degré de microphtalmie ou d’anophtalmie, de la précocité de la prise en charge lorsqu’il s’agit d’une microphtalmie importante ou d’une anophtalmie et de la bonne adaptation des appareillages.
La prothèse oculaire, quand elle est nécessaire, permet de compenser la réduction de la taille du globe et d’obtenir un résultat esthétique satisfaisant. La mobilité de cette prothèse dépend principalement de sa finesse (et donc de la grosseur du globe situé dessous) et de la force des muscles oculo-moteurs. Ceux si sont souvent plus faibles que pour l’oeil normal.

Certains actes chirurgicaux peuvent être nécessaires pour corriger un strabisme, un ptôsis (i.e. paupière tombante), ou protéger le globe oculaire par un recouvrement conjonctival si celui-ci ne tolère pas la présence d’une prothèse de recouvrement pourtant esthétiquement justifiée (Attention à vérifier tout de même que la prothèse est justifiée par une asymétrie de l’orbite !).

En cas d’anophtalmie, après une phase d’expansion ayant recours à des conformateurs de taille croissante, des opérations de chirurgie réparatrice sont parfois nécessaires pour corriger un entropion des paupières (i.e. paupière tournée vers l’intérieur) ou un ptôsis (i.e. paupière tombante).

Pronostic en terme de développement psycho-moteur

Les enfants atteints de microphtalmie représentent une population très variée.

Le pronostic concernant un enfant atteint d’une microphtalmie isolée sans handicap visuel ne peut pas être comparé à celui d’un enfant naissant avec une microphtalmie entrant dans un syndrome polymalformatif.

En effet, pour les premiers, un développement psycho-moteur tout à fait normal peut être attendu, tandis que pour les seconds certaines malformations entre autres cérébrales sont déjà connues.

Il s’agira d’être attentif au développement de l’enfant, de tenir compte de son handicap visuel en particulier et de mettre en place si besoin les accompagnements nécessaires. Un suivi par un CAMSP peut ainsi être approprié dès les premiers mois de vie !

Les parents sont en première ligne pour identifier des difficultés d’acquisition au cours des premières années. Pour cela certains points de repères peuvent être donnés. Il existe une variabilité normale entre les enfants qui font des acquisitions à leur rythme. L’âge de la marche par exemple est bien connu pour fluctuer d’un enfant à l’autre, y compris entre frères et sœurs. Cependant un retard notable de certaines acquisitions devrait amener à consulter son pédiatre et si besoin à demander un bilan approprié.